Histoire du cinéma

Le cinéma ARVOR était à l'origine un cinéma de patronage dit de « quartier » situé dans le quartier Saint-Hélier à l’angle de la rue Saint-Hélier et du Boulevard Laënnec puis au 133 de la rue Saint-Hélier, près de l’église avec une salle unique jusqu’au 30 juin 1982.

Après un conflit de près de deux ans avec l’Association Diocésaine, propriétaire du bâtiment et une interruption d’activité de six mois, il reprit son activité le 1er janvier 1983 au 29 de la rue d’Antrain avec 2 salles.

L’installation du cinéma rue d’Antrain a été possible grâce à la pugnacité du 1er adjoint de la Ville de Rennes de l’époque, Monsieur Martial GABILLARD et à la décision du Conseil Municipal de la Ville de Rennes d’acquérir dans le courant de l’année 1982 les salles du cinéma « LE CLUB » situées rue d’Antrain pour les mettre après la signature d’une convention à la disposition de l’Association ARVOR CINEMA ET CULTURE qui gère le cinéma ARVOR.

La convention d’une durée de 7 ans a été renouvelée régulièrement depuis avec la Ville de Rennes, l’Association payant un loyer modique et assumant les travaux et les charges d’entretien.

C’est au début des années 1970 que des jeunes vont petit à petit intégrer l’Association ARVOR LOISIRS ET CULTURE qui gère les destinées de la salle de quartier à cette époque et insuffler au fil des années un souffle nouveau.

Tandis que les salles familiales des quartiers rennais disparaissent les unes après les autres, le cinéma de la rue Saint-Hélier qui fonctionne exclusivement avec des bénévoles, devient un des hauts lieux de l’engagement et de la militance audiovisuelle, permettant à un certain nombre de minorités et d’associations de pouvoir s’exprimer dans de bonnes conditions.

La préoccupation première de l’équipe d’animation est de sortir l’Art et Essai du ghetto des ciné-clubs, de le faire voguer au grand large et de s’adresser à des publics diversifiés. C’est à partir de 1976, que le cinéma reçoit son premier classement Art et Essai catégorie A, un cinéma de qualité est né, que le public rennais apprécie de plus en plus.

Pierre Fornerod du journal Ouest-France écrivait dans l’édition des 16 et 17 janvier 1982 : « depuis plusieurs années, le cinéma ARVOR est devenu l’une des salles les plus originales de la région ».

L’année 1980 voit la création pour la première fois en France dans une salle de cinéma d’un tarif spécifique pour remercier et fidéliser les spectateurs assidus, le tarif fidélité est né, sous la forme d’un carnet de 10 pré-billets à échanger à la caisse du cinéma.

Cette initiative sera reprise par de nombreuses salles de cinéma pour devenir aujourd’hui un classique des propositions tarifaires qui s’est enrichi plus récemment du carnet de 5 pré-billets.

1980 c’est aussi l’année du classement du cinéma ARVOR en catégorie « Recherche », classement renouvelé depuis tous les ans par le C.N.C. (Centre National de la Cinématographie) sur proposition de l’A.F.C.A.E. (l’Association Française des Cinémas d’Art et d’Essai).

L’arrivée le 1er janvier 1983 au 29 de la rue d’Antrain donne au cinéma une nouvelle dimension avec ses 2 salles de centre ville et permet d’envisager l’avenir avec optimisme afin d’être au plus près des attentes de nos fidèles spectateurs, en continuant d’être des découvreurs de nouveaux auteurs et jeunes talents d’Europe et du Monde.

Le premier journal de l’Arvor paraîtra en septembre 1983 dans un format 21 x 29.7 et c’est en 1988 qu’il adoptera le format de poche.

La qualité de l’accueil et le confort des spectateurs a toujours été au cœur des préoccupations des membres du cinéma avec en 1985 la création de la façade, clin d’œil aux temples hollywoodiens des années 30 et 40. La rénovation complète des salles et du hall en 1992 avec la mise en place d’un ascenseur pour permettre l’accès des salles aux personnes handicapées et à mobilité réduite, puis pour la dernière rénovation en 2001, permettant d’accueillir les spectateurs dans les meilleures conditions possibles de confort, avec des fauteuils uniques, puisque le cinéma ARVOR est le seul cinéma à en disposer.

Au fil des années les séances ont augmenté. A ce jour 10 séances hebdomadaires (5 dans chaque salle soit un total de 70 par semaine) sont proposées aux spectateurs.

D’un fonctionnement entièrement bénévole à l’origine, des salariés ont été progressivement recrutés afin de faire face aux exigences de l’exploitation, néanmoins, 30 % du temps d’accueil du public reste toujours assuré par des bénévoles.

Aujourd’hui, 9 salariés et 40 bénévoles font fonctionner le cinéma.

La fréquentation d’une année à l’autre s’échelonne entre 110 000 et 145 000 spectateurs.

En 36 ans d’existence, plus de 1 200 bénévoles sont passés par l’ARVOR et ont apporté leur savoir faire et leur passion au fonctionnement du cinéma.

Malgré l’évolution des techniques de diffusion, l’apparition de nouveaux médias et le développement des multiplexes, nous pensons néanmoins, que face à ces bouleversements majeurs, les salles de proximité, conviviales et chaleureuses ainsi que celles de centre ville auront toujours leur place.

Ces salles de très grand confort, situées au cœur des villes et proches du public continueront à mener le combat de la diffusion des films d’auteurs de qualité.

Pour cela, Mesdames et Messieurs les spectateurs, nous avons besoin de vous, de votre soutien, de votre présence et de votre curiosité.